J'ai un problème avec les médecins moi !

Publié le par La Démone

e dois avoir une tête qui ne plaît pas dans ma campagne ariégeoise ou alors j'attends des médecins quelque chose qu'ils ne connaissent pas. En tout cas, ma première grossesse aura été marqué par l'incomptabilité irréversible entre moi et certains médecins du service gynécologie-maternité de mon hôpital.

Rappel des derniers faits :

15 janvier 16h. On arrive en retard à l'hôpital car plus de place au parking mais pas de souci, la sage-femme descend du service avec mon dossier et la consultation commence. 

Elle reprend mon dossier depuis le début et s'aperçoit qu'il n'est pas rempli, qu'on a été un peu maltraité. Ange ne mâche pas ses mots, je le laisse parler car il en a besoin et qu'il dit ce que je pense aussi. La sage-femme s'étonne de ses connaissances en médecine, lui demande s'il a fait des études ou une formation, sa réponse l'a laissé sans voix : son grand-père a eu un cancer et il se documente seul quand on répond pas à ses questions... Pour un gars de vingt ans - oui il est jeune mon Ange - c'est exceptionnel - et c'est mon homme à moi ! *fière je suis* - et la sage-femme lui lance un regard qui en dit long, mais bon je suis quand même à côté donc c'est juste la jalouse que je suis qui a vu la petite lueur. Mais revenons au sujet. 

Elle nous ré-explique donc toutes les étapes de la grossesse, souhaite nous obtenir une fin de suivi correct, du coup au lieu de durer une demi-heure, elle a duré plus d'une heure avec une échographie. Coeur doux ne s'est toujours pas tournée, à trente-sept semaines, elle propose une version et nous expose les différentes voies qu'on aura selon la version et la radio du bassin. 

Elle appelle elle-même un médecin pour avoir en urgence un rendez-vous pour une version - "massage" qui vise à faire tourner Coeur doux - et elle nous dit qu'il y aurait une place le 16 janvier à 8h. Ange devra encore prendre sur son boulot mais oui, on tente. 

En sortant de son bureau, on était presque sur un petit nuage, enfin quelqu'un qui nous comprend qui nous explique simplement toutes les possibilités, qui répond à nos inquiétudes.

On était tous heureux... c'était trop beau...

16 janvier 8h. On arrive à l'heure, on monte directement en consultation de jour - la sage-femme nous a dit de le faire hein, on n'a rien forcé. 

Une nouvelle sage-femme vient m'installer dans une salle de pré-travail, là encore une vraie bouffée d'air frais et l'on se dit que la chance a tourné. Elle me pose le monitoring, m'explique la version mais on l'appelle pour un accouchement, elle y va et revient en disant qu'elle nous abandonne car pas le choix. On sourit, évidemment qu'on comprend ! On guette même les bruits en espérant que tout se passe bien. 

Mais en attendant, nous avons attendu seuls de 8h30 à 10h30 ! Pas d'infirmières, pas de médecin... juste nous deux à jeun depuis le matin et les nerfs qui recommencent à monter. Quand une aide-soignante vient enfin c'est pour nous dire qu'il y a des urgences et que le médecin ne sait pas quand il pourrait venir donc soit on part, soit on rentre. 

Alex dit qu'on rentre car nous on nous a dit de venir car le médecin avait un trou de 8h à 10h, qu'il a pris sa matinée et qu'on en a marre d'être à chaque fois remis à plus tard. L'adie-soignante comprend et fera remonter notre ressenti, je précise bien que ce n'est pas contre elle ou les sages-femmes qu'on est en colère, c'est contre les médecins qui ne viennent jamais. 

Bref on rentre totalement démoralisé, va-t-on tenter une autre version ? Que dira la radio lundi ? Qu'est-ce qu'on a fait pour mériter un pareil traitement ? 

La sage-femme me rappelle à midi pour nous dire qu'elle pouvait pas faire autrement et qu'on aurait pu attendre... c'est la deuxième qu'on me fait comprendre qu'on n'est pas prioritaire et qu'on doit se contenter d'attendre sans rien dire enfermés dans une "salle-chambre". Je lui ai répondu qu'on nous avait dit qu'après 10h, le médecin était au bloc pour la journée donc cela ne servait à rien de rester. Et là, elle me dit non il était en consultation, et qu'avant 10h, il attendait qu'elle l'appelle pour "me servir sur un plateau" - ce sont ces mots ! - mais elle avec l'accouchement et les complications elle a pas pu... donc le médecin est resté dans son coin sans penser à venir voir si on était là ou pas. Je ne comprends pas cette mentalité !!! 

Dans l'après-midi, Alex appelle le gynéco et en gueulant après les secrétaires parvient à l'avoir au téléphone... et là après avoir élevé la voix et dit au gynéco qu'il pouvait être là dans les dix minutes - et qu'il n'était pas encore bien énervé - le gynéco n'a plus souhaité nous voir mais il lui a donné une information qui m'a coupé les bras : selon son ordinateur, il a imprimé un planning de grossesse donc lui il a fait son boulot... sous-entendu c'est moi qui ai perdu le dossier !! Donc c'est MOI la fautive ! Et vu qu'il opère à l'hôpital on va vite être à nouveau catalogué...

J'ai été tellement démoralisée que je ne peux en parler qu'aujourd'hui, et encore je trouve que les mots arrivent sans avoir de style, ils viennent s'écraser sur l'écran juste pour sortir de moi et ne plus me faire mal. Je ne sais plus que penser, tout ce que je souhaite c'est accoucher par voie basse mais une chose est certaine si Alex croise le gynéco ou le médecin, il va devoir se faire violence pour ne pas les emplafonner... 

Allez je finis sur une note positive malgré tout : la sage-femme aux mesures dit que Coeur doux a une tête parfaite ^^

Publié dans Les Grossesses

Commenter cet article

Sylvania 17/01/2013 15:07


Plus je lis tes articles sur ta grossesse et tes démêlés avec le corps médical, plus j'ouvre des yeux ronds de stupéfaction.
Je n'arrive pas à comprendre que des médecins puissent se comporter ainsi avec leurs patients !!!  On est tellement fragile quand on est dans cette position, surtout quand tout ne se passe
pas "idéalement"... Où est la compassion qui est censée les avoir conduits au choix de cette profession ?
Je pense très fort à toi, d'autant plus que tu me renvoies à cette période de ma vie où j'étais à ta place et où tout ne se passait pas non plus idéalement.
Bisous tout plein à vous trois

Mademoiselle La Démone 17/01/2013 17:22



Je pense qu'ils sont en fin de carrière donc ils ont oublié la compassion. C'est pas idéal mais bon maintenant je sais que ce sera à moi de tout programmer dès que j'aurai un test positif (car on
compte bien en avoir d'autres ^^). 


Merci pour tes pensées, je prends avec plaisir ce petit rayon de miel. 


Bisous à toi.