Et moi je dis : Vive la terre d'asile !

Publié le par La Démone

Titre tout en ironie que j'ai prononcé hier lors d'une réunion d'orientation pour mes élèves de FLE. J'ai encore du dégoût plein la bouche et le coeur quand je repense à ce que j'ai vu hier. 

Effectuant une mission FLE dans un autre collège, on m'a invité à participer à la réunion d'orientation des élèves en 3ème. Malgré leurs difficultés, toute l'équipe s'est réunis pour discuter des possibilités. 

La réunion devait donc se tenir avec les parents, les élèves, la coordinatrice du Cada - le Centre d'Accueil des Demandeurs d'Asile -  les professeurs et la principale.

La réunion débute sans interprète car ils sont tous les deux en vacances ! Les enfants sont donc nos interprètes pour leur maman, YOUPI !

D'emblée la représente nous informe que pour l'une des filles il faut partir sur un apprentissage car il faut de l'argent... première surprise et une collègue demande - à juste titre - si le statut de la famille permet une telle démarche. Et là, mais j'ai cru que j'allais tomber de ma chaise, la coordinatrice répond et je passe en discours direct :

"Oui. *sourire* Je possède des informations que vous, vous n'avez pas*

Alors je suis débutante dans ce schmilblick mais elle ne devrait pas nous tenir informer de ce genre d'avancer ? Mais ce n'est pas tout ! Elle précise que de ce fait, la famille devra déménager et que l'aînée doit travailler. Bon déjà là moi j'ai cessé de la regarder pour que la réunion continue.

Mais quand en plus on propose un apprentissage à la demoiselle - en l'aiguillant plus vers un CAP - la coordinatrice ose rabaisser la formation en prétendant avoir suivi quelqu'un et le tout avec un large sourire, là on est tous resté sans voix. On lui a gentiment rappelé en quoi consistait la formation en remettant les choses à leur place mais on sentait qu'elle voulait que la petite quitte l'école et travaille... bref c'était déjà un drôle de début.

Là dessus, la principale arrive et remet sur le tapis un incident arrivé une semaine plus tôt : des élèves n'avaient pas passé le Delf faute de transport ! La principale avait proposé le jour même de les amener si le Cada les ramener mais non, ils lui ont simplement répondu "non"... Là dessus la coordinatrice prétend n'avoir pas été au courant, hors avec l'ancienne tout se passait bien, donc la principale annonce franchement que soit elle nous dit comment elle fonctionne soit on arrête de travailler ensemble - moi je comprends que là on en n'était pas au premier incident.

Mais le plus ahurissant c'est que la coordinatrice acquièsce et quitte la salle. La principale est prête à clore la réunion mais on intervient pour les élèves, après tout c'est eux le plus important ! La réunion se fait donc et on a réussi à trouver une orientation pour tout le monde.

Mais j'aimerai qu'on m'explique ce qu'est un centre qui :

  • enferme tous les étrangers dans un centre éloigné de tout, au point que la première boulangerie se trouve à 10min en voiture, ET que des familles entières font à pieds ?! 
  • ne fait pas de démarches pour avoir un suivi psychologique de certains demandeurs d'asile ?
  • ne se tient pas informé de l'avancement scolaire des enfants qu'il accueille ? 
  • claque une porte en pleine réunion quand on lui met ses dysfonctionnements sous les yeux ?
  • peut mettre toute une famille dehors une fois que celle-ci a reçu une décision pour ses papiers ?

Est-ce là l'image d'une terre d'asile ?! - SI quelqu'un a une ou plusieurs réponses, je voudrais les lire.

Attention je ne prétends pas que tous les Cada sont ainsi mais là c'est juste écoeurant quand on voit à quel point les familles sont humbles et dans le besoin.

A tous celles et ceux qui les aident, je vous dis merci du plus profond du coeur et je vous demande de vous battre contre les profiteurs, les incompétents qui ne pensent qu'à l'argent. 

Publié dans Vdp

Commenter cet article