Les effets de l'Automne

Publié le par La Démone

Est-ce le changement de saison ? Est-ce le changement d'heure ? Est-ce la fin de l'année approchante ? Est-ce un déclencheur psychique ? Est-ce une association de mon esprit ? 

Je ne sais pas. Ce que je sais, en revanche, c'est que l'automne ne me va pas.

En automne, tout tourbillonne au gré d'un vent frais puis froid, tout s'envole attaché à des nuages de plus en plus bas. Voici une explosion de rouges, de bruns, de jaunes et d'orange ! Voici que la nature s'illumine ! Mais pour qui ? Pour un prince habillé chaudement de pieds en cape, qui règne sur une saison froide. C'est un doux paradoxe que la nature joue au soleil quand ce dernier se cache de plus en plus dans les nuages.
Oh je ne déteste pas l'automne ! Je souris niaisement devant les paysages que j'ai la chance de voir chaque jour. Je suis une grande enfant et j'aime imaginer les fées de l'automne accomplissant chaque jour un peu plus de leur besogne. Mais. Mais, je ne partage pas leur joie. Malgré les couleurs, l'automne, pour moi, est sombre.

Voilà que j'entame mon cinquième automne, je commence à connaître les signes qui annoncent de tristes et douloureuses retrouvailles :

  1. Chaque jour un peu plus sur la défensive, je vois partout des ennemis. Passé, présent, futur ; paroles ou actes ; proches ou inconnus ; le monde entier se lie contre moi. Pour me défendre je garde mes griffes sortis, je me méfies de tout, je ne dis mot. Je me replis sur moi, mon esprit s'enroule comme un serpent prêt à attaquer.
  2. De la méfiance au doute, mon complexe le plus lointain de petit diablotin devient prince démon. Je ne suis capable de rien. Je suis d'une nullité sans nom et sans borne. Je n'ai pas confiance en moi, je ne fais pas correctement mon métier, je ne suis ni une mère, ni une compagne, ni une maîtresse de maison. Rien de ce que je produis ne va.
  3. Et puisque rien ne va, l'envie n'est plus là. Je voudrais dans un profond sommeil sombrer. Je voudrais tout abandonner. Je voudrais laisser le vent tout emporter.

Et pourtant, j'ai  fait un projet durant l'été ! J'ai souhaité en automne mon blog débuter ! Aveuglée par l'euphorie de l'été, me voilà avec un objectif alors que la saison me rend léthargique !
Mais je ne vais pas renoncer, tant pis pour mon idée d'articles heureux, je veux d'un lieu sans tabou pour moi et pour vous. Je vais donc laisser mon état dépressif traverser mes doigts.

Puisque la saison m'est néfaste, que mes chimères le soient.

 

Publié dans C'est dans la tête

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article